31/03/2006

Sport + ce week-end mon pote


Le Final Four commence ce week-end, il faut donc manger du pop-corn et écouter des petites chansonettes durant tout le tournoi.

C'est l'entrée dans le stade, les jeunes arrivent l'un après l'autre, tournicotent sur eux-mêmes, se tapotent dans la main et font une grande farandole dans leur survetement Florida Gators autour du numéro 13.
The A'Z - YADADAMEAN

Lil Wayne est toujours là pour faire le con à la mi-temps, amuser la galerie, sourire de ses dents en diamant et se casser en courant avec une pom-pom girl pendant que Billy Donovan motive ses troupes.
Mailman
Pump That Base

Money-time: tout va au ralenti mais tout va trop vite, Joakim contre-rebond-et-dunk autour de 3 joueurs comme à l'accoutumée, G Mason se fait taffer dur.
Low Budget - Dope Boy Fresh
Dem Franchize Boyz - Watch Out

C'est la victoire, tout le monde pleure, se rappelle tous les sacrifices, le grand Joakim prend ses ciseaux et découpe le filet du panier
Slim Thug ft Jr Writer - Houston to Harlem Collars

THE BIG BOSS IS BAAAAAAAAACK

SUEURS

HA HAN



OKAY



WUSSUH



SHUT UP

Clipse ft. Pharell_Me too

30/03/2006

The Runners


Chez frooty comme chez la crim’ on aime bien les regroupements.

Tout d’abord il y a cette tuerie qu’est Hustlin’ de Rick Ross. Un refrain dévastateur, un tube qui donne un contrat tamponné Def Jam à un mc de Miami plus intéressant pour la brigade des stups que pour la police scientifique.

Ensuite il y a cette mixtape de Dj Ideal. Smitty – Little Haiti. La scène de crime est similaire, une boucherie qui sort de la bouche de Smitty, un rappeur sous-coté, un refrain entrainant, entêtant, entêtant, entêtant.

Les regroupements, ça nous connaît. Voila que nous avons affaire à de très bons producteurs : The Runners. Deux jeunes aux allures à-ne-pas-faire-de-rap qui n’en sont pas à leur coup d’essai puisque ce sont eux qui sortent l’artillerie instrumentale Murda Murda pour l’oncle Juelz et Money On My Mind pour Weezy.

Décidément The Runners sont intéressants, ils viennent d’Orlando et ont un futur sympathique avec Ludacris, Baby, Killa Cam et enfin ce truc:
Currency ft Lil Wayne and Remy Ma – Where Da Cash At.

27/03/2006

Le petit mp3 grime du mois



Voila, c'est ce qu'on appelle la complémentarité, Frelon vous parle d'un morceau formidable dans sa petite review grime du mois, je couvre ses arrières et j'arrive de suite pour vous proposer le morceau sans hosting. Wiley, c'est un peu le papa de cette scène, et comme bon père de famille, il ne propose pas tout le temps la même recette à ses enfants, il fait dans la diversité et comme c'est lui le patron, il se permet même de remettre tout le monde à sa place et il fait bien.

Wiley - Gangsterz

26/03/2006

Le petit post grime du mois

Wiley et Logan Sama ont eu la bonne idée de vous mettre à disposition les deux volumes des mixtapes Roll Deep - Creeper. Plein de bons morceaux sur ces mixtapes qui ne sortiront jamais jamais, comme Boogeyman, un posse cut extra avec Trim, Wiley, Riko et Newham Generals. Ou encore ce freestyle de Wiley - Eskiboy- et Tinchy Strider sur Lean Back.
Tracklistings et téléchargement ici

Décorticage:
Non le grime n'est pas mort, ça fourmille encore dans les fabriques de White Labels d'East London. D'abord, il y a cette controverse avec le Gangsters de Wiley (écoutable à 9 minutes 40 chez Logan Sama ou sur le show de Ras Kwame). Trop de pression dans ce tube, vraiment trop énervé, on se fiche que ça fasse l'apologie du beef dans le jeu ou non.
Et puis aussi Kano ft Demon - Buss That (16e minute sur le même show de Logan), comme si la première baffe sur Mic Check n'avait pas suffit, on prend les mêmes et on recommence.
En enfin 52e minute: Dizzee Rascal ft Ghetto - Dirtee Stank. Bouyaka, Dizzee Rass', MTV in the building.
Je me rends compte que je vous balance les morceaux au fur et à mesure que je les écoute, donc allez jeter un oeil sur la playlist.

Voila un post brut de pomme sans rapidshare pour les jeunes.
Merci Logan.

ps: props à lemon red pour le remix de T-Pain - I'm Sprung Ft DIZZEE RASS'

25/03/2006

Non non non tu ne joueras pas

C’est tellement dommage que les playgrounds parisiens soient trempés.

Oui, nous étions tellement contents à l’idée de retourner sur le terrain, désireux d’imiter la manière dont Amaré Stoudemire te claque 20 points en 19 minutes pour son 1er match de l’année.

Et puis il y a aussi la March Madness. Mes intérieurs voulaient aller dur dans la raquette comme Joakim Noah et sa miraculeuse équipe de Florida. Seulement là ça va se corser contre Villanova.

Vraiment c’est trop, on voulait tous être aussi chaud en saison régulière comme Tony P.

Non tant pis, il fait trop moche pour aller jouer, je vais retourner imiter mes rappeurs préférés (surtout Mystikal).

24/03/2006

Dans de beaux draps


Je sais pas si c’est déjà un tube, je sens par contre que ça peut vite en prendre la route, ce remix (officieux) pour Etienne Daho est trop 4:00 AM, hypnotic et sexy bref tubuesque pour noctambule en perdition. Bref c’est malin, c’est futé, et c’est l’œuvre des mystérieux Sweet Light dont one sait pas grand chose, la clef est sans doute dans leur myspace.

Etienne Daho – Le Grand Sommeil (Sweet Light remix)

Téléchargeable sur leur myspace

23/03/2006

Technique Thizzlamique


Quelques chiffres, des faits avérés.
Plus de 850 visites en un jour, un beef ouvert avec Ariel Wizman, des alliés de renomée tels que Achraf Aka RAFCHA C CHÖ ou encore le vol serein d'une contributrice à un blog concurrent, Frooty est plus qu'une institution.
On parle désormais d'une entreprise.
Il est navrant de constater que les seules critiques se tournent encore vers notre refus d'acquisition d'un server ftp, chose à laquelle nous ne nous abaisserons évidemment pas.

C'est là qu'intervient MOLOTOV.

En deux temps. Dans le premier, deux couplets, dont l'un à vocation ouvertement scatologique. Dans le second, une combinaison avec CHA-CHA et Kuanmen "le Pakistan va avec l'Inde" NCC pour un genre de rap qui glace le sang comme la caresse d'un PD.

9.3, donc, mon pote. Comme cette équipe.

GHETTO FAB GANG.
Le ghetto fabuleux. Les Dips français assurément, menés par la Banque Populaire de Dakar Alpha 5.20 AKA Pharmacie.
Une vision large, des idées claires, ces gangsters en grands boubous tendent à faire progresser la langue française de par leur syntaxe inédite.
Check one: "Economie parallèle, on fabrique la neige, et l'amour est mort"
Check two: "Négro j'ai un peu froid, normal Dakar c'est chaud".

Chaud comme les deux nouveaux morceaux de T.I produits par Just Blaze, disponibles via Am I High. On connait le malheureux manque de charisme du (hum) "King of the South" qui est un peu le Ben Affleck du rap-game, mais pas de doutes les deux tracks tuent, mention pour "I'm talking to you".

Dans le Sud, l'auteur de la tuerie "1st things 1st", Attitude, revient pour nous parler de trucs qui brillent alors qu'à Houston s'organise une réunion à propos de peinture pour carosseries.On se dit alors que le boss hogg Killa Kyleon ne sera plus pour longtemps sous le joug du Slim Thuga tant il arrache le morceau. Pendant ce temps, C.P pond un summum de thuggism à fleur de peau.


O.K. Respiration.


La Bay, la soutane

Tout d'abord, un remix du Super Hyphy par Traxamillion. Ensuite, un pote à Mistah Fab, Mr Kee, pour un morceau totalement tuerièsque, The Bay, qui reprend le gimmick du "New York" de Ja Rule. Enfin, un morceau du Click Clack Gang de Messy Marv, Click Clack Military, dont la prod me rappelle "X" de Xzibit et je ne sais pas si c'est un compliment.

BONUS GÜT > Rohff_C'est comme ça (Clean Version)

11 Mp3's, 86 Mn d'attente Rapidshare, 1 semaine de rap.
Le compte est bon.

Les gens parlent



Le double album de La Caution restera dans les mémoires des gens biens l'événement de l'année 2005 quand plus tard, dans un pub, autour d'une excentrique bière on referra l'histoire rapologique de cette même année.

Et pour qu'on continue d'en parler maintenant, Nikkfurie & le staff Kerozen ont la judicieuse idée de nous proposer "Peines de Maures/Arc-en-ciel pour Daltoniens" dans sa version instrumentale. C'est l'occasion de redécouvrir le travail titanesque réalisé par le non barbu du duo. Sortir un album instrumental, c'est souvent un projet ambitieux, souvent casse gueule, souvent superflu, rarement justifié. Vous vous doutez parfaitement que si on en vient à en discutailler ici, c'est que le challenge est pleinement réussi. Plein de petits détails qui etaient jusqu'alors enfouis derrière les prestations vocales de haute volée des deux frangins ressurgissent comme une evidence et on s'en veut presque de ne pas avoir assez tendu l'oreille pour capter toutes ces subtilitées.

L'album est pour le moment disponible sur les plateformes de téléchargement : Itunes, Virgin Mega.

Et voici votre petit extrait :

La Caution - Comme un sampler - Version instrumentale

22/03/2006

chez toi c'est l'italie


Mike Jones est le rêve américain et nous avons le 1er single de son nouvel album.
Pourin Up. Les UGK sont plutôt cools depuis la sortie de Pimp C, qui à défaut d'avoir été élu pimp de l'année par Don Magic Juan rappe sur des instrus aux vertus différentes de celles que l'on pourrait être en droit d'attendre avec le sud. Mais de quel droit tu parles? Si tu veux poser avec les UGK tu prends un ticket et tu fais la queue.
En fait je pense que Bun B essaye de ménager son pote pusher en lui martelant toute la journée au studio la maxime suivante: chi va piano va sano.
Et ce proverbe de nos confrères transalpins nous a amené un superbe Chunk Up A Deuce, un Get Crunk correct (avec David Banner), et même un bon hymne pour strippeuses Everytime. Oui je vous le mets comme ça vous pourrez dire que vous avez une bonne chanson de Devin The Dude.
chi va piano va sano, les ugk ont assez de bijoux pour racheter la dette italienne.

Detroit s'accroche



Fussy Fuss se mue en telemotorcity, une fois n'est pas coutume, pour passer de la musique inspirée Detroit. Et wai.

Technasia - A Thing Of Beauty Is A Joy For Ever
Technasia ft. DJ Godfather - Ghett-O-Freak

Pour leur grand retour sur leur propre label, Technasia Record, le duo sino-français a décidé de faire les choses à fond. Ca tombe bien, c'est un peu notre ligne de conduite à nous aussi. Au programe, un album "Popsoda" accompagné d'un premier extrait "2 The Floor". Un deuxième long format qui s'annonce dors et déjà comme l'un des tout meilleur album techno de l'année. Ultra frais, parfait pour le retour des beaux jours (pas pour tout de suite). Alors ok les Technasia n'inventent rien. Mais le but ici n'est pas de révolutioner le genre. Popsoda est une compilation de morceaux. Un ensemble décousu mais finalement plutôt cohérent. Des pistes dingos (Dominado, ambiance caraïbe, wisky à gogo), mélancolique (Detroit oblige). On retrouve aussi leurs fameux hymnes acid tech (Acid Storm), tech trance (Final quadrant).
A thing of beauty is a joy for ever, est le morceau le plus Detroit-influenced, certainement le plus joli et rappel les meilleurs Octave One.
DJ Godfather fait parti des gros featuring de l'album, au même titre que DJ Nasty ou encore le neerlandais Joris Voorn. Avec Ghett-O-Freak, on est plus proche d'un Al Ferox que de Databass. Ca retourne la tête.
Bref un album complet, et dans la langue de cette jolie brune inconnue, on dit "a must to have". Et pas qu'en MP3.

bonux : Technasia ft. DJ Nasty - 2 The Floor
En parlant de DJ Nasty, vous pouvez retrouver en streaming (mais super qualité) sa prestation + interview lors de son passage à Radio Campus Paris. Vous apprendrez des révélations sur les filles qui ornent ses pochettes, et sur la sexualité de DJ Koyote.


Aaron Carl - Tears

Aaron Carl est quant à lui bien de Detroit. Il partage le même goût de l'eclectisme que le duo ci-dessus. Diversité que l'on retrouve sur Detrevolution, album sorti fin 2005. Enfin je dis ça, je n'en sais rien. Je ne l'ai pas écouté. Mais on imagine cet album, ghetto tech, deep, soulfull house. Tears sort en single sur Subject (DJ Bone), et avec un titre pareil, mieux vaut pas se planter. Si ce n'est pas le plus beau morceau de la Motor City, Tears est quand même une pépite tech-house légère et pleine d'émotion.

Aaron Carl est trop cyber, il a un myspace, et un blog. Et même un site web.

21/03/2006

Hélas il a naguère tué Abraham...


Fairmont passe en live au Triptyque ce samedi dans le cadre de la soirée Angel Dust. Il y a toutes les chances que ça mérite un détour si l’on considère la grande réputation live de Jake Fairley (car c’est de lui qu’il s’agit, pour ceux qui déb-déb-débarquent) et sa discographie sous ce pseudonyme, moins vaste mais tout aussi intéressante. On a déjà évoqué ici le hit hivernal Gazebo, sorti sur Border Community, probablement sa plus grande réussite; depuis est sorti le mois dernier le maxi Hôtel Deauville (ou comment Jake nous montre qu'il sait faire des jeux de mots en français) sur le petit label allemand Playmade, distribué par Kompakt. On y remarque le titre éponyme, moins doux, plus métallique et sec qu'à l'accoutumée, mais qui conserve ces progressions aériennes si caractéristiques.


Tout dernièrement un remix pour le Long Sunny de Nathan Fake est sorti sur Border Community, décevant par ses longueurs mais somme toute ravissant par son atmosphère.



Enfin passons à la dernière signature du label, Lazy Fat People. Déjà avec un nom pareil on commence bien, si plus de producteurs étaient des indolents en surpoids, il y a fort à parier qu'on s'amuserait plus en moyenne qu'avec les végétariens perfectionnistes. Néanmoins, Big City b/w Dark Water n'est pas vraiment ce qu'on pourrait imaginer de la part de tels individus. Big City est minimal house, froid, nocturne, chaque décollage s'évanouit rapidement. Le début de la face B est quasiment errorsmithien, puis le morceau s'emballe lourdement sans jamais atteindre les extrêmes pour autant. Bien qu'on s'écarte peut-être de la cohérence sans failles affichée jusqu'alors par le label, on poursuit dans la bonne série pour Border Community avec cette onzième référence.

20/03/2006

Surkin & son Frooty club mix Mini


Des lumières (no fluo) dans un endroit fermé, mal aéré, ça pourrait se passer à Detroit, à Londres, à Chicago, à Baltimore. Il n'en est rien. D'ou proviennent ces lumières, dans le fond de l'etablissement (tenu par un vieux porc à n'en pas douter) à ce moment précis, on s'en fout, ce qui nous importe, c'est que ce petit gars tout frêle peut apporter une dose de folie meutrière dans n'importe quel club du monde qu'il parcourera bientôt.

Comme moi, vous en avez marre de ces petits jeunes qui arrivent tous les 4 matins d'on ne sait où avec des mixes qui se ressemblent tous et que tout le monde pourrait faire en 32 minutes et ça même si le mix dure en lui même 40 minutes. Ici, c'est différent, tout est cohérent, c'est un panorama intemporel, intergénérationel, interculturel d'horizons divers & surprenants qui s'entrecroisent, s'entremêlent, se chevauchent pour nous donner la mixture idéale pour que vous, comme Surkin arriviez a decrocher la lune sur le dancefloor.

Robert Armani - Ambulance (original)
Bootleg - B-Doppler
Daft Punk - The prime time of your life (Para One remix)
Steve Spinnin Santoyo - Music together
Surkin - Kiss'n'Fly
St Germain - Sure things (Todd Edwards Deepline mix)
Tacteel - Xmas in Padova
Phuture - Acid Trax
Justice - Let there be light
Bobmo - Freak me
and more...

Surkin - Frooty Club Mini mix

Ca arrive bientôt, soyez sur vos gardes, on en reparlera très bientôt.

19/03/2006

L'outrance ça nous connait


Salut Ariel, ba ouai nous on aussi on a des chansons avec des featurings, ou les rappeurs invitent leurs amis à chanter avec eux.
Sur ce morceau il y a beaucoup de personnes dont nous aurions aimé que tu parles. Oui parceque finalement à Houston aussi ils sont très influencés par les pimps, sûrement plus qu'à Atlanta. Tiens pour preuve, le VRAI RAPPEUR PIMP C DES UGK qui a été victime tout au long ce reportage vient de Houston (enfin pas exactement non plus mais passons les détails). Mais laisse le tranquille merde il était au mitard pendant que tu mangeais colonial avec les Ying Yang. Bref, Scarface FEATURING Mr Lee, Rell, 8ball, E Rock, Lil Keke & Slim Thug - Southern Nigga.
C'est pas crunk, non, c'est dirty south, mais les jeunes aiment bien montrer leurs biftons et remuer leurs fesses sur ces ambiances également.

Nous n'aurions pas été contre un peu plus de professionnalisme en somme. Fais nous signe lorsque tu commenceras ton reportage sur le Hyphy dans 7 ou 8 mois. Parceque oui la sauce commence à monter là-bas. Bueno FEATURING E-40, Keak Da sneak, Mistah FAB & Sann Quinn - West Up remix. C'est à peu près pareil que le crunk mais en plus subtil dans la débilité, je suis sûr que le jus Hyphy a des essences de pomme, c'est vert quoi. Tiens Ariel, si tu veux écouter un condensé de classiques télécharge le son de Celly Cel - Bay Classics.

Dossiers & notes



Certaines personnes ont de graves problèmes de classification concernant le rangement de mp3 sur leurs petits ordinateurs personnels, une folie du rangement, un besoin de tout regrouper, tout organiser et même en arriver à donner des notes sur 10 à chaque maxis & albums qu'ils possèdent virtuellement. Je ne suis pas de ces "gens" là, tout est en vrac dans mon humble logis, à part un folder Diplomats qui selon J-Morel montre l'importance de ce crew dans ma vie. On arrive même à en penser que je suis derrière le site U-mad, un grand honneur pour moi.



Il est donc essentiel, pour encore faire rêver les jeunes sur mon imaginaire dipgangsta, que je vous parle de la nouvelle tape de Jr Writer, la Writer's block, troisième du nom. A l'instar des Back like Cooked crack de Juelz, c'est toujours un vrai événement dans ma vie, découvrir les nouveaux bangers, les freestyles sur les beats des autres, ces beats sur lesquelles je revais en catimini de voir apparaître les petits jeunes d'Harlem. Cette tape qui annonce pour cet été le premier solo de JR (History in the making sur Koch) est d'une rare homogenéité, comme le titre l'indique, c'est vraiment un bloc à ecouter d'une traite, c'est prenant, vivant, et en ressortir quelques titres pour vous pousser à la commander ici est un véritable petit casse tête pour un dimanche matin (oui oui, 15 heures).

Etant un grand professionnel, bein j'y suis biensur arrivé, Juelz en invité sur le tube de T-I qui le serait beaucoup plus si il ne posait pas dessus, et Jha Jha qui devient vraiment la demoiselle à suivre chez les Diplomats. Etant la seule, c'est vrai que c'est pas super compliqué.

J.R Writer feat Juelz Santana - What you know about crack

J.R Writer feat Jha Jha - Get them Checks

James Hold On



Depeche Mode - The Darkest Star (James Holden Dub Mix)

N'y allons pas par quatre chemins, ce jeune homme est sans aucun doute l'une des personnes les plus stimulante du paysage électronique en ce moment. Il se permet le luxe de déplacer le barycentre électro minimale vers la Grande Bretagne. Mais faut-il parler de minimale? A l'évidence non. Il n'y a plus rien d'épuré dans cette musique. De façon similaire à un Robag Whrume ou un Dominik Eulberg, James Holden donne vie à ses productions. Jamais cette expression n'aura pris autant son sens qu'ici. Qu'il est loin le temps de la house progressive kilométrique.
James a un peu le syndrome Vitalic. Peu de disques, mais tout bon. Si ce remix pour Depeche Mode n'atteindra évidemment pas la popularité du désormais all time classic "The Sky Was Pink rmx", nul doute qu'il se classera juste derrière dans son hit parade.
Essayons de comprendre pourquoi ce morceau tue.
Durée : 8 minutes. Huit putain de minutes pendant lesquels l'ennui ne vient pas pointer le bout de son nez une seconde. Pas une mesure identique. Sans trop la jouer poète et métaphores à la con, je comparerais ce morceau à un ruisseau. Tantôt fluide, tantôt perturbé par divers obstacles. Ce truc respire la nature. Pour en arriver là James Holden manipule en live ses textures organiques. Un vrai travail d'orfèvre. On en oublierait presque de signaler qu'il s'agit d'un remix pour Depeche Mode, mais là n'est pas l'importance.

J'incite tout le monde à prendre (de manière totalement illégale) ce track. Toi, jolie brune londonienne qui vient ici parce qu'on est les meilleurs. Toi aussi, jeune voyou qui vient sur ce blog récupérer du rap français. C'est un peu le morceau idéal pour ceux qui voudraient se mettre à la techno.


Alors c'est qui le meilleur ? c'est Morpheus James Holden.

17/03/2006

Discow beat





Silent Signals - Waiting For Reaction
+
Divider - Cold Eyes

Deux extraits de la compil' célébrant le 5éme anniversaire du label berlinois Das Drehmoment qui fait la part belle à une electro disco new wave. Oui parce que 5 sorties en 5 ans, ça se fête. Alors pour l'occasion, ils ne lésinent pas. Allez pas de chichi : que des inédits, cheesy (souvent), serrieux (moins). C'est ça Das Drehmoment.

Silent signals alias Dirk Torben fait partie du projet Echo West, duo auteur dans les années 90 d'une coldwave minimale mystérieuse et apparemment reconnue. On peut le rencontrer aussi sur le label électro toulousain : Invasion Planète.
Difficile de ne pas succomber à Waiting For Reaction largement influencé par Moroder et Kraftwerk (l'album Man Machine - Model, Metropolis). A la différence près que l'atmosphère est ici bien plus tendue. Glaciale même. On se sent perdu à l'écoute de cette voix noyée dans l'écho. A l'instar de certaines productions du label Bunker, on distingue une incitation à la révolution. Bouge ton cul, suis le cortège, l'homme qui tient un mégaphone dans la main droite et un clavier dans l'autre. Calques tes pas sur les siens. Voilà. Ton pognon. Files ton pognon.

Changement radical d'ambiance avec Divider, déjà pensionnaire du label et également remarqué sur Beautycase Record. Disco laser Uptempo. Les vacances estivales à Rimini. La drague, le jeu des regards dans ce club ouvert sur la plage. Il faut être le meilleur sur la piste pour pouvoir ramener Natalina dans sa tente.

Rude 66 - Break The Silence

On avait déjà parlé de ce neerlandais ici même. Pas besoin de s'étaler sur le sujet. Premier maxi sur Vynalogica, le label du Centre for Electronic Music d'Amsterdam. Le CEM est une sorte de méga-studio d'enregistrement avec plein de synthés vintage et autres gadgets qui coûtent la peau du cul qui peuvent servire à faire de la musique, de manière analogique. Legowelt, Solvent, et Bangkok Impakt y ont déjà posé leurs petits doigts velus.
Pas de surprise pour ce The Strings of Death EP : une electro captivante, sans concession. Si ce n'est Break The Silence, totalement à contre temps du reste du maxi. Un morceau sous fond d'italo disco chanté au vocoder, accompagné de synthés catchy 80's. Et c'est ce qu'on aime. Les trucs racoleurs.

Et comme ici on est des gens sympas, on rend la pareille à Trax en donnant un coup de pouce à leur petit blog.

16/03/2006

On dirait le Sud pt.1


Evil Pimp, le prince des Ténèbres de Brownsville TEXAS.

Un savant mélange de culture ghetto forestière et de satanisme de foire, au service d'un rap DANGEREUX. La mort et les drogues, c'est son créneau, ca fait bien longtemps qu'il est spécialisé dans ce secteur avec son groupe Krucifix Klan, dont les visuels ne sont pas sans rappeller les meileures heures d'Iron Maiden ou la nouvelle version de Fluokids.

Un style en progression.


Evil Pimp_Da coldest
Evil Pimp l'enfoiré rappe en ternaire sur des samples en provenance de Transylvanie, pour un morceau froid comme un corps sans vie. Il est épaulé par ses homies Drama et HR2 qui représentent pour l'Alabama up in this mothafuka.

Evil Pimp_Souf in ya mouth
Tuerie de l'Enfer.
Tous les négros veulent mettre du Sud dans leur bouche, tout le monde y prétend mais seul le Macro Diable sait le faire avec classe. Le sample du morceau est découpé à la scie circulaire, la même que les gold grillzz du gros monsieur noir dont on parle.

Evil Pimp_I stay fresh
Evil Pimp reste frais.

De cette façon, il défonce la basse synthétique du morceau de par son double-time sorti du Texas, car beaucoup croient qu'il vient de Memphis mais en fait il vient du Texas, Brownsville TEXAS.

Shaun Of The Dead



Un post 100% Big Dada /Ninja Tune : « hey il est pas tombé sur la tête le Ferra ». Non cette année les Anglais ont des sorties excitante...pas vraiment mort ces britons. S’il est encore trop tôt pour parler du nouveau TTC (même si c’est pas l’envie qui manque), ce sont les américains de Baltimore qui ouvrent le bal. Leur performance lors de la soirée Révolution Française doit encore chatouiller les orteils de ceux qui y étaient présents, " Yo Yo Yo Yo Yo" leur premier album remet le couvert. Sur une base et une attitude un brin old school, Spank Rock accompagné de Chris Rockwell and XXXChange , propose un cocktail délirant de beats Bmore, de sonorités acid, de rock et de Grime. Pas étonnant que le premier maxi se nomme Rick Rubin…

Spank Rock - Bump

Le nouveau Coldcut n’est pas bon, c’est sûr, on va pas tourné 1 000 fois autour du pot. Cependant quand il décide de demander aux mecs de Switch de repasser derrière True Skool on tend l’oreille et on a raison. Dans une veine proche des Basement Jaxx original, ils font tourner la tête à Roots Manuva avec leur découpage, leur beat, et leur énorme basse. Une réussite !

Coldcut - True Skool (Switch Mix)


Bonus Vodka
Lenny Kravitz se fait remixer par Chromeo via Absolout -vous avez pas compris ? moi non plus - écoutez alors.

Lenny Kravitz - Breathe (Chromeo remix)

14/03/2006

Top Ten Countdown : une semaine de rap français en un post.

10. Le Klub des Loosers a invité des amis pour le Klub des 7 : un trailer dans lequel on entend Cyanure, Fredy K, Gerard Baste...

9. Et en fait, Don Xeredelaveganja est le nom d'un rappeur qui a posé sur la compilation Pax Mafiosa, sur laquelle il y avait aussi la clinique avec un titre pas mauvais, Ghetto pour ghetto, même si sur l'album il y a eu "C'est reparti" et le solo de Papillon, "Mal à la racine", qui sont bien mieux. D'ailleurs, vous remarquerez que dans "C'est reparti" il y a la première référence à la Codéine dans le rap français.

8. Parfois y'a des groupes dont personne ne se rappelle, et ils font un morceau avec une très bonne instru, et un couplet très fort, le troisième couplet en l'occurrence. Il s'agit de Messbass, avec "faut qu'ça en jette", dont le 3e MC sort un flow improbable d'un MC Roswell.

7. Sur la compilation 24 heures de nos vies, il n'y avait pas grand chose de bien, sauf le titre de Dany Dan déjà posté et celui de Lino, "Symphonie en sous sol".

6. Avoues que tu kiffes jusqu'à présent, Tu kiffais aussi les freestyles d'ATK sur la Dontcha flex 3 et sur la 4, le clan atk est sur le mix avec de magnifiques samples bien grillés mais qu'on adore. Puis y'a eu l'album Heptagone, avec la meilleure interlude du rap français : j'fuck. Puis ils ont fait des trucs plus ou moins en solo, et cyanure continuait d'improviser, partout, dans le métro, dans les champs de maïs, et avec son grekfrites.

5. ATK nous amène à parler d'M Group. Leur premier maxi, "tu disais quoi?", est assez classique pour en tirer au moins deux morceaux : "Eteins ta télé", avec le sample de Menace II Society en intro, et "Rapide comme un serpent", dont la 2e morsure a en featuring Cyanure et Freko Dingo, légadulabo. La dernière trace discogaphique du posse M s'en prenait à Laurent Boyer et ses graines de star. Puis plus rien. El tunisiano a quitté le groupe bien avant pour rejoindre Sniper...

4. Le rap français, c'est aussi le rap francophone, et Double P.a.c.t. ne démérite absolument pas dans la catégorie des mc's underrated dans l'art du kidnapping, le concepteur sonore Yvan travaillant toujours avec d'émérites rappeurs français. Comme ils aiment les morceaux à gros budget, ils ont invité Dany Dan et Kery James le temps d'une Opération Condor.

3. Finalement, l'album de Nessbeal est repoussé au 26 mars 2006, mais cet avant goût de romance noire laisse présager de très bonnes choses niveau production, parce qu'Animal Sons font rimer hiphop avec pop (Ah c'est donc cela que voulait sous-entendre dans Trax, Gérome Darmendrail, avec l'expression "culture ghetto popclub"). En supplément, il y a eu un clip de tourné pour "rap de tèce" avec en guest star, Saïd Taghmaoui.

2. L'homme en forme du moment avec la boussole la mieux orientée du moment, ça donne un rap tourné vers Stockholm et son syndrome. Sefyu Molotov et Médine de Bétancourt réunissent les causes comme le canal de Suez.



1. Le clip de la semaine pour le morceau du mois : Sefyu avec Kuamen (NCC) inventent une nouvelle sémantique de la langue française dans le morceau "la vie qui va avec". D'aucuns disent que Sefyu emprunte la technique d'écriture de Booba, mais messieurs il y a une grande différence entre les deux. Là où Booba a une écriture métaphorique plus littéraire, romanesque disons, Sefyu est en rupture, il a une écriture poétique. Certes, les deux procèdent par images, ce fameux "puzzle de mots et de pensées" de Booba, faites de ruptures et de collages verbaux. Et là où l'on peut dire que l'écriture de Sefyu est poétique, c'est dans ses tenants et aboutissants, dans son existence fondamentale. La forme elle ne fait qu'appuyer le fond, fond neutre s'il en est. De fait, la poétique de Sefyu exprime l'ambiguité latente à l'existence humaine. Son récit, ou plutôt sa poétique orale, proche d'un titre comme "Hardcore" d'Idéal J, s'en éloigne de ses aspetcs les plus pathétiques. En effet, Sefyu ne fait qu'une mise à nu de la vie et de son absurdité, absurdité qui finalement ne peut que s'exprimer dans la forme que prend le texte : Répétition de l'expression présente dans le titre, "qui va avec", expression qui n'exprime rien dans sa substance propre. On est tenté de se demander "avec quoi?", question probablement sans réponse, en ayant une infinité. "Si j'te cause de tout ça, y'a une raison qui va avec", nous dit-il. Et la raison n'est là que pour nous interpeller. Sefyu ne prend jamais parti, il interpelle l'auditeur de sa voix grave, rocailleuse, pleine d'accents africains. Et quoi de mieux qu'un clip pour exprimer cette suite d'images, quoi de mieux qu'un masque - qui plus est celui de la mort - pour exprimer que le monde n'est qu'un théâtre dans lequel il faut jouer avec des pincettes ; les autres, étant ici interpellés tout comme l'auditeur, happés par la deuxième personne du singulier ("quand tu parles de téci...") ; et la seule voix qui n'a pas de masque, celle de Kuamen, sème le doute dès sa première phrase ("qui va avec qui va avec quoi ?"), et ses réponses n'en sont pas moins absurdes, mais pleines de bon sens ("mongol avec fier" ?!). Vivement l'album.

0. Toujours un Bonus Beat dans mes baskets : un petit freestyle Radio Nova d'Assassin et Supreme NTM.

At the buzzer.

Bacon party in Germany



Apparat est décidé à faire ce qu'on aime chez lui. Et c'est une bonne chose. Sa techno amputée d'un beat procure des sensations plutôt inédites. Une électronica format club trop rare et sous exploitée. Sur ce maxi à paraitre sur Shitkatapult, on retrouve Tel Aviv, Montreal, et Berlin, tous déjà entendu lors de ses prestations live. La logique voudrait que je mette Berlin, mais Montreal est le meilleur morceau. Et sur ce blog, vous ne trouvez que le meilleur. La crême. Le shot au buzzer. Le Hummer. La garniture de la pizza. Le MVP. Bref, pas le second ni le troisième, mais bien le top. Donc pas de "Berlin".
Dans la lignée de son remix pour Nathan Fake, Apparat avec Montreal joue la carte de la mélancolie avec notament cette vocalise qui se noie dans un torrent de textures digitales. Wunderbar !

The Orb - God Less America / Gorgeous

Si on fait abstraction du Speicher 30 qui n'était qu'une réédition des tubes house / bleep de GTO et Tricky Disco, ce numéro 33 est le meilleur de la série depuis bien longtemps. Disons Janvier 2005 avec le Koze/Teichmann. Au programme, les vétérants anglais de The Orb, et les petits nouveaux (premier disque) The Rice Twins de Suède. For Penny and Alexis du duo Scandinave est un petit bijoux digne des meilleurs Superpitcher, un poil trance baléaric qui l'on imagine ferait son petit effet au levé du soleil sur certaines plages espagnoles. Mais c'est le morceau de The Orb qui prend le dessus. Oubliez leur ambiant-house molassonne pour chillout ici c'est techno, certes lente, mais lourde et surtout relevée par une ritournelle sublime qui donne un côté pop au morceau.

Wir trinken Bier am Geburtstag meiner Freundinnen


Bonux : Un morceau de Barbara Morgenstern, sans la voix de Barbara Morgenstern. Extrait de son nouvel nouvel nouvel album. C'est beau, sensible. C'est calin.

Et puisqu'on parle de musique allemande, à noter la sortie du dvd Köln Digital qui fait suite à l'excélent Berlin Digital. Au menu évidement, plein de musiques minimales (Kompakt, Areal) mais aussi des reportages sur Mouse On Mars, le label A-Musik... Bref, un cadeau idéal à offrire au petit Surkin de Nice.

13/03/2006

Voix de Garage ???

La House vocal, le Garage, ça passe ou ça casse. Soit on tombe sur des pépites soulfull, délicates, élégantes et sexy, soit on vire clairement dans le vulgaire, le bourrin, le racoleur, cher à Junior Vasquez. Petite sélection internationale pour aussi démontrer que le garage n’est pas le monopole de la grosse pomme.

Gabriel et non Gabrielle



Disciple de DJ Pierre, ce membre actif et quasi fondateur de la mythique scène de Chicago, a commencé dans le son Wild Pitch typique de la Windy City, mais à au fil des années, adoucit sa musique. Moins de sample catchy, plus de vrais instruments, sans pour autant tomber dans le syndrome barbant de la « vraie musique ». Avec Peven Everett, artiste pluridisciplinaire, Roy Davis trouve un complément idéal dans cette volonté de plus de deepness. Résultat : un peu moins d’une dizaine de morceaux, dont ce Gabriel, bijou fabuleux, publié à l’origine chez Large Records, puis repressé chez les britons d’XL recordings avec en prime un excellent remix des Basement Jaxx au firmament de leur housepsychopunkcariocagarage. Gabriel c’est un minimum d’effets - juste un beat et une trompette et une voix belle a pleurer - pour un maximum de résultat : le Monde en rose. De ce petit miracle suivra Michael, qui malgré ses qualités n’aura pas la même magie que ce Gabriel béni des dieux.

Roy Davis Jr feat Peven Everett - Gabriel


Garage français = Garage Gaudin ??



Du garage français, à première vue ça sent pas très bon, surtout que l’unique ambassadeur dans notre pays fut ... Patrick Juvet. Malgré une connaissance pointue sur le sujet, La Juvet n’a jamais eu la bonne idée de s’y mettre vraiment. On a bien la très jolie Lady Bird qui au sein de Soldiers of Twilight propose une house très NY mélodique et sexy, quoi que parfois un peu vaine ou trop maniérée.

Vrai et unique anthem d’un garage à la sauce française, ce remix du plus New Yorkais des Béarnais (où l’inverse, on ne sait plus) François K du Tout Est Bleu du duo cosmopolite from Benetton Ame Strong. Le nom était pas des plus fins mais le duo fut auteur d’un album soul tout à fait respectable au milieu des années 90. Cependant au final on retiendra juste ce remix parfait de leur unique tube, Violon clavier, très NY très Body & Soul avec un coté catchy disco qui en fait un des tubes des soirées Respect. Curieusement les années ne lui font pas prendre une ride, l’effet Kevorkian sans aucun doute.

Ame Strong - Tout Est Bleu (Francois K remix)

do ya head like this

E-40 ne s'est pas foutu de nous, il inaugure de belle manière l'année de la Bay Area. Oui, c'est vrai il y a aussi l'album de San Quinn qui sort en même temps et qui n'est pas mauvais non plus, nous en parlerons peut-être ici si nous avons le temps.
Mais quand même, un album d'E-Fizzy est toujours un événement, en sachant que ce dernier ne nous décevra jamais. Oui, il a le meilleur flow du monde, il invente ses mots, il a du leust, un fils qui s'appelle droopy, il rappe sur du gouda, bref il redirige le traffic en somme. - Yay Area -
Alors, oui en revanche E Forty a la facheuse tendance à rameuter tout le monde et tout le monde ne rappe pas comme un dieu vivant. Et sur cet album, le quaterback de la baie s'est fait plaisir avec les cartons d'invitation: The Federation, Turf Talk, Keak Da Sneak, Mike Jones, Too Short et j'en passe font partie du casting. Quand c'est bien fait ça donne des morceaux avec E-40, Juelz Santana, Pimp C et Bun B - White Gurl
Voila, Lil Jon et Rick Rock assurent la plupart des prods (d'ailleurs heureusement que Ricardo est là et très en forme), il y a quelques skits marrants, des singles à la pelle, ça devrait convaincre la baie, le sud et peut-être même New York. Vous savez tout, ce disque sera platinum.

10/03/2006

8off/Agallah/The Don Bishop/Propane Piff et j'en passe



Il est un peu difficile de comprendre quelque chose à la carrière de 8off, mais est-ce bien necessaire de le faire. Enfin passer de Rawkus à Purple city, c'est un grand ecart que je ne peux que respecter. Il a produit pour plein de gens que j'apprécie plus où moins, on peut citer, PMD, Krumb Snatcha, Onyx, Jus Allah, Sean Price, Sadat X. Et il change tout le temps de nom, c'est un peu fascinant, certains le traitent d'opportuniste, je pense qu'il s'en bat les couilles en fait, il veut juste produire.



Le violet est de sorti, c'est on ne peut plus logique puisqu'il forme avec Shiest Bub et Un Kasa l'entité Purple City qui fait parfois de la merde, faut être clair, on peut prendre comme exemple l'infame album avec des français totalement inconnus, et vu ce disque, je prie pour qu'ils le restent le plus longtemps possible.

Roh, je ne fais que critiquer en fait, ça va pas du tout, hop, je me rattrape, un morceau ultra violent avec un Jr Writer qu'on n'a pas tellement l'habitude de voir sur une telle prod. Et c'est une belle & franche réussite.

Agallah feat Jr Writer - Ready to rumble

Un nouveau petit refrain de Juelz Santana est toujours un évenement ici (enfin nouveau, les vrais fans des Diplomats auront surement déjà entendu le part one de ce morceau avec l'hilarante intro du petit juju), ça ne dure pas longtemps, mais le sample vocal est tellement parfait que je ne peux pas resister à le partager. Généreux un jour, généreux toujours (j'adore utiliser cette petite chose avec n'importe quoi tiens).

Agallah feat Juelz Santana - Hood is back


Un bon gros sample comme on les aime, un rappeur qui ne fait pas plus d'efforts que ça. Et moi non plus en fait, j'ai de la fièvre, je vais prendre mes cachets. Ouille Ouille Ouille.

Agallah - NY Survival

07/03/2006

Le retour de l'oncle ju-ju



Alors c'est bon Juelz a pu prendre une semaine de congés sur ce blog et revient en forme. oui-oui, il te montre comment enlever ta veste, le printemps arrive à grands pas, il est temps de te préparer à la floraison du leust. Bonjour à Craiz.



Ensuite il ira rapper avec les Franchize Boyz. Boum, merde attends est-ce que tu visualises? Les Franchize Boyz et Ju-Ju sont dans la cuisine pour concocter du crack rhaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
Dj Green Lantern ft Juelz Santana & Dem Franchize Boyz - I Show You What Im Working Wit

06/03/2006

Don Xere Delaveganja. ou comment donner à ce post le nom de son prochain post. (teasing)


Froot. On se décarcasse comme Ducros pour vous servir de bons morceaux rap français dans un bon plat de fromage blanc. Avec des phases comparatives aussi débiles que celles sur le morceau des X-men "Retour aux pyramides". Ouais il pose avec le negro aux tâches de rousseur, et alors ? EAH KOI KESKIYA ?! KESKETUPEUDIRE ? Hein ! t'as rien à dire aaaaaaaaaaaaaaaaaaah. Beuaaaaaaaaaaaaaaah.

Beetle Juice Beetle Juice Beetle Juice.


Flex comme un soutif playtex, busta flex s'est perdu, on l'a déjà dit. Mais il était, avec un gitan cosmopolite, un fin freestyler doublé d'un mangeur de banane phénoménale.

Il est pas mort Bill Cosby ?

Comment ça me fait chier d'écrire un truc intelligent sur Lone : il faut juste retenir deux infos. 1. 8 featurings de busta flex sur son album solo. 2. il a fait de la variété après. (et peut-être une 3ème info : c'est un putain de tange).

Reviens sur le beat malgré les problèmes de structure.

Il était un petit navire, tire toi, casse toi, t'es pas content on t'vireuh.

tel un abfrac ?!@#

05/03/2006

Jason Mcelway, Pimp C, et chinoiseries du rap


On vous l'avait dit, Pimp C a laissé ses chemises à carreaux au mitard pour retrouver ses amis millionaires du rap jeu, Bun B, Z-Ro et Jeezy. Get Throwed, okay la qualité est crade, okay le clip n'est pas complet mais il fallait bien vous montrer comment Pimp C nous prouve qu'il a travaillé ses gimmicks pendant tout ce temps, et je ne vous parle même pas de cette phase de commémoration à Pimp Lucien Ginzburg. Et franchement tant mieux qu'il soit chaud Proxénète C, parceque le Snowman est surexcité dans cette vidéo. Que dis-je, survolté oui, un peu comme si il était Jason Mcelway et que le coach Bun B lui donne 16 rimes pour le récompenser d'avoir lustrer ses godasses toute la saison et qu'il en profite pour réinventer la rotation de la new era comme quand Mcelway plante 20 points en 4 minutes. Pas mal pour un autiste.

Deuxième partie, T.I sur les autoroutes de H-Town vient faire mumuse avec son hoody en plein été et rend visite aux UGK. Front Back, un autre single tubesque pour TI. Cette fois-ci Pimp C nous montre qu'il a pris des cours de boxe française en zonzon. Non en fait il singe Steven Seagal dans piège en eaux troubles. Le passage de T.I à Houston se résume à un week-end à Chatelet: shopping, coiffeur, pas de KFC en temps de H5N1, et rendez-vous obligé chez cet usurpateur de TV Johnny. TV Johnny, c'est le chinois préféré de ces rappeurs fauchés qui recherchent des grillz comme Paul Wall. Il y avait ce beef où Lil Flip supportait le vrai Johnny aka Johnny the Jeweler (qui se trouve au maché de King Flea). Parceque oui, il y a un autre type qui se prénomme aussi Johnny et qui confectionne également des grillz dans la petite ville de Yao Ming. Mais queneni, ne soyez pas dupes, c'est tellement flagrant, Paul Wall a une vulgaire barre dans les dents et ne peut pas fermer la bouche, Lil Flip lui a les dents en ro-ro. Tu piges Mcelway?

03/03/2006

Housni, Rohff Housni



Comment ça les serbes réquisitionnent ce blog en ne foutant que des classiques rap de france ?

Mais le rap, ca se conjugue au présent, les classiques sortent tous les jours sous ton nez comme la césla, tu les vois pas tellement y'en a.
Cet enfoiré de comorien par exemple, le Rimeur Original Hardcore Flow Fluide qui défonce comme la weed, il ne fait que ça, pote avec Game etc...



Mais là, c'est vraiment abusé. OK y'a ce gros de Cut Killer qui éructe tant qu'il peut sur ce rip radio, il scratche juste pour faire chier pendant une bonne minute, mais c'est vraiment tout petit par rapport à ce monstre de morceau.
Violent, c'est même pas le terme.
Rohff sur Talent Fachés 3

Mais ca serait un peu vite oublier ma passion pour les classiques, pour tous les mecs en chien qu'ont les crocs tiens croque ça.
Rohff_Sensation brave

International, j'suis sur Internet.


Pop dan, dandy dan, dany dan. Tu connais ce billancoureur, ce mohamed ali du discours. Tu aimerais avoir son vocabulaire. Mais n'imite pas les patrons du style. Car mon pote dandy et moi on est fla fla super fla.

02/03/2006

C'est pour mes sauces.



Busta flex il est un peu comme nous, il sait pas s'il doit choisir la harissa ou la sauce blanche dans son grec. Du coup il les essaye toutes pour finalement finir tout seul au kfc. Le pauvre a été ballotté comme un petit malheureux de la Sauce production à IV my people au Comité de brailleurs, mais sa famille à lui c'est celle qu'il a choisie, à savoir aucune. Bon puis y'a le zedou que tu découvres sur L432 que Soulémane vient te voler au festival de l'école, alors que tu es sur scène en train d'imiter busta, que toute la foule t'acclame et est down avec toi. A l'époque, j'aurais aimé que quelqu'un le mette sur un blog, pour que je le récupère en mp3, mais non, il a fallu le racheter, l'encoder avec audiograbber et le foutre ici parce que ça peut arriver à n'importe qui ça.

Busta flex - Le zedou

Ouille ouille ouille.

Busta flex - Aïe aïe aïe